Ce que nous Perdons en Vivant dans le Déni de la Mort

Dans la culture occidentale, il n’y a pas beaucoup de sujets tabous dont personne ne veut parler. Mais le silence est assourdissant par rapport à la mort. Une enquête ComRes de 2014 a révélé que huit personnes sur dix au Royaume-Uni sont mal à l’aise quand on aborde le sujet de la mort. Il semble que nous voulions nous convaincre que la mort n’existe pas, même si c’est une partie centrale de l’expérience humaine. Il y a une peur naturelle de la mort, mais notre culture l’a amenée à l’extrême d’une phobie paranoïaque. Il serait peu probable que cela n’ait pas influencé l’Église d’une manière ou d’une autre. Est-ce la raison pour laquelle beaucoup de funérailles sont plus liées à la signification de la vie qu’à la mort ? Peut-être sommes-nous aussi dans le déni de la mort. Peut-être ne vivons-nous pas à la lumière de l’éternité et ne sommes-nous pas prêts à penser à la pleine signification de la mort si nous n’y sommes pas forcés. Quand nous considérons les Écritures à ce sujet, nous constatons que nous pouvons tirer des bénéfices particuliers de la réflexion sur la mort.

Nous sommes tellement influencés par notre culture que nous sommes dégoûtés de penser que la mort est morbide. Pourtant, n’est-il pas rare que nous voyagions quelque part sur un long voyage et que nous nous y préparions un peu ? Ne serions-nous pas en train de réfléchir à notre destination et à ce dont nous avons besoin pour faire le voyage ? Nous ne ferons peut-être jamais ces voyages pour tout ce que nous savons, mais nous savons que le voyage de la mort vers l’éternité est certain.

James Durham souligne que ceux qui ont été les plus saints ont été les plus fréquents dans les pensées et la méditation de la mort. David prie “Seigneur, fais-moi connaître ma fin et la durée de mes jours, c’est ceci : pour que je sache combien je suis fragile” (Psaume 39:4). Moïse dit : “Apprends-nous donc à compter nos jours, afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse” (Psaume 90:12). Numéroter nos jours, c’est réfléchir et méditer sérieusement sur l’approche de la mort. Notre bienheureux Seigneur Jésus-Christ, parle lors de sa transfiguration de sa “mort, qu’il doit accomplir à Jérusalem” Bien qu’il y ait quelque chose de spécial dans sa mort, en parler et s’y préparer est pour nous un exemple. Salomon recommande la méditation sur la mort (Ecclésiaste 7:2 et 11:8, 9 et chapitre 12).

Qu’entendons-nous par méditer sur la mort ? C’est bien sûr y penser d’un point de vue spirituel. Il est certain que cela se produira, mais le moment et les circonstances sont incertains. Nous devons réfléchir sur ce que c’est que de mourir dans le Seigneur plutôt que de mourir dans le péché. Nous devons aussi nous attarder sur ce qui arrivera après la mort : c’est la perfection de la joie ou l’extrémité de la tristesse pour toujours.

Nous perdons beaucoup en vivant dans le déni de la mort et en refusant de nous y attarder. Ce qui suit sont tous les bénéfices que l’on gagne quand on considère sérieusement la mort, mais bien sûr ils sont vains si l’on ne médite pas sur la mort. Ils sont tous tirés d’un sermon de James Durham : “Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur” (Apocalypse 14:13).

Les bienfaits de la méditation sur la mort

La méditation sur la mort est si souvent mentionnée dans les Écritures et si profitable aux croyants.

1. Cela nous aide à nous engager avec des réalités éternelles

est impossible de savoir et de bien croire à quel point une tâche et un travail (et le bonheur) sont grands de bien mourir sans y méditer. Si nous n’y jetons qu’un coup d’œil et que nous ne prenons pas au sérieux ce qui se trouve à l’arrière de la mort, cela nous choquera quand elle viendra. Celui qui s’est déjà familiarisé avec la mort peut en parler avec audace et sagesse.

2. Il nous aide à estimer Plus le Christ 

Il n’y a rien qui rehausse plus facilement l’estimation de Dieu et du Christ que les pensées de la mort. Les pensées de la mort nous rapprochent de plus en plus de Sa barre de jugement. Elles Le regardent comme un juge. Alors elles considèrent leur impuissance et leur vilenie d’une part et la grandeur de la majesté de Dieu d’autre part.

Comme David et Job parlent sublimement de Dieu ! En un mot ils parlent de la tombe et en l’autre mot ils évoquent hautement  la majesté et la grandeur de Dieu. La méditation sur la mort nous rapproche de la pensée de ce qu’est Dieu et de ce que nous sommes.  Elle nous montre d’avance comment Il sera trouvé à la mort et après la mort et ce que nous serons alors.

3. Il nous aide à édifier Plus les autres 

La méditation sur la mort ferait marcher les chrétiens avec amour et édification avec les autres. Ils détesteraient faire le mal, seraient plus patients lorsqu’ils ont subi des torts, et seraient plus prêts à pardonner et à oublier les torts.  Une demi-heure de conversation avec l’impression de la solennité de la mort sur nous (par la bénédiction de Dieu) nous édifierait et nous profiterait mutuellement plus que plusieurs jours de rencontre sans elle.

4. Il nous aide à avancer spirituellement

(a) Elle éclaire notre compréhension

Il reste l’esprit, il nous détourne des choses vaines. Les hommes sont rarement ou jamais dans un état plus sobre et dans un meilleur cadre que lorsqu’ils craignent sérieusement la mort. Les pensées de la mort rendent un homme sage et discret. Sans ces pensées, nous blesserons plutôt notre conscience que notre réputation. Moïse s’unit, pensant à la mort et appliquant son cœur à la sagesse (Psaume 90:12).

b) Elle retient nos affections

Quand Salomon s’adresse au jeune homme qui ne se laissera retenir par aucune contrainte, il utilise l’ironie. Il l’invite à se réjouir et à rire, mais l’exhorte à se rappeler que pour toutes ces choses il viendra au jugement (Ecclésiaste 11:9). Méditer sur la mort et le jugement amènerait les gens à considérer l’hilarité mousseuse comme vanité, déraison, et folie. Ces pensées sont particulièrement appropriées dans la prospérité et pendant la jeunesse quand il y a une attitude légère aux choses éternelles. Méditer sur la mort est un remarquable frein à une telle légèreté.

(c) Elle nous aide à mettre le péché à mort

Méditer sur la mort, c’est prendre soin du monde, de ses richesses, de ses plaisirs et de son honneur. Ceci met à mort trois choses qui sont la trinité du monde : l’orgueil, la cupidité et les convoitises charnelles.

Cela mortifie l’orgueil. Nous le voyons avec David, qui dit : “Seigneur, fais-moi connaître ma fin et la durée de mes jours, afin que je sache combien je suis fragile” (Psaume 39:4). Job dit à la corruption que c’est son père et aux vers que ce sont ses sœurs (Job 17:14). Il nous fait dire : Je suis poussière et je retournerai à la poussière.
Elle mortifie la convoitise. Méditer sur la mort prend le cœur des choses du monde, et nous donne d’autres pensées auxquelles penser. Beaucoup sont forcés de dire quand la mort approche qu’ils se sont entravés avec le monde et qu’il les a séduits.
Elle mortifie les plaisirs charnels. Que peuvent faire de vaines convoitises charnelles pour ceux qui meurent ? Aussi joyeuses soient-elles maintenant, ces pensées leur disent qu’elles doivent apparaître en peu de temps devant Dieu dans le jugement. Si ce n’est pas un frein à ces convoitises, je ne sais pas ce que sera un frein.

(d) Elle nous aide à progresser dans les activités spirituelles

Il s’agit d’être diligent dans toutes les tâches et de s’y engager sérieusement. Un sermon ou une prière après une méditation sérieuse sur la mort aurait plus de poids et de bienfaits que beaucoup d’autres sans elle. Elle nous humilie et encourage l’auto-examen. Elle fait avancer la crainte de Dieu et amène l’âme à se tenir dans l’admiration de Celui devant qui elle doit apparaître sous peu. Elle fait progresser la repentance et la prière (Job 41:25).

Même les marins païens dans le navire avec Jonas se préparaient à la mort par la repentance, la prière et l’offrande de sacrifices. Si la méditation sur la mort rend les hommes impies croyants en apparence, à combien plus forte raison devrait-elle rendre les croyants sérieux et spirituels ? Si Dieu leur donne du temps et du sérieux pour mourir, leurs prières seront alors plus efficaces et ferventes à ce moment-là qu’auparavant.

(e) Cela nous aide à gérer les procès

Elle est excessivement profitable en produisant la soumission gracieuse à la providence adverse. Quel soin inquiet prendra quelqu’un qui a médité sur la mort quand il perd ses biens ?  Il sait que la mort mettra fin à toutes ces choses.

(f) Elle nous aide à nous préparer à la mort 

Salomon décrit la maladie et la vieillesse dans l’Ecclésiaste 12 pour préparer les jeunes à la mort avant qu’elle n’arrive. S’il n’y avait pas d’autres avantages à méditer sur la mort, ne pas s’y préparer n’est pas une mince affaire. D’une certaine façon, cela atténue aussi l’amertume de la mort. Ce n’est pas si terrible pour ceux qui y ont réfléchi sérieusement que pour ceux qui ne l’ont jamais fait. Il n’est pas étonnant que beaucoup soient terrifiés ou stupéfaits par la mort, puisqu’ils n’ont jamais appris la leçon de la mort avant qu’elle ne survienne sur eux.

Second Reformation Author: James Durham

View More Posts Related to James Durham »

Share This Post On