Qu’est-ce que la Réforme Personnelle?

Il n’y a pas de pénurie de personnes qui offrent une transformation personnelle et un soutien à la vie. Il s’agit du pouvoir de la pensée positive, de la planification et de la confiance en soi. C’est léger et simpliste, ce qui permet un changement instantané et sans effort avec quelques ajustements. La réforme personnelle est complètement différente. C’est une question de grâce, pas d’auto-assistance. Il ne se présente pas comme une solution rapide en quelques étapes faciles ; elle est vaste et durable. Elle est transformée par le renouvellement de notre esprit et la réalisation de la volonté parfaite de Dieu dans la pratique (Romains 12:2). Il s’agit d’appliquer tout ce que Dieu demande à nos cœurs, à nos vies et à nos familles.

La réforme personnelle est certainement vaste, elle s’applique à notre cœur et à notre conduite extérieure. Elle concerne toute notre vie en tout temps, dans toutes nos interactions avec les autres. Il s’agit de chercher Dieu et Sa gloire en toutes choses (1 Chroniques 22:19 ; 2 Chroniques 20:3). Cette réforme est spirituelle c’est au sujet d’un zèle fervent et du vrai pouvoir de la piété dans le cœur et dans la vie, pas seulement une profession formelle extérieure.

La Réforme personnelle a été fortement soulignée pendant la Deuxième Réforme et lors de l’Assemblée de Westminster. Nous pouvons apprendre beaucoup de leur souci de voir la Parole de Dieu influencer nos vies. La Ligue solennelle et les Covenantaires (1643) étaient cruciales pour l’Assemblée de Westminster et les royaumes d’Angleterre et d’Écosse à cette époque. Le point culminant de ce vœu à Dieu a beaucoup à nous apprendre sur certains des thèmes clés de la réforme personnelle. Comme nous le verrons, prendre la Ligue solennelle, ce n’était pas simplement prêter serment, mais s’engager chaque jour à la réforme personnelle et à la sainteté.

Le Repentir

Les Covenantaires parle de “notre désir sincère d’être humiliés pour nos propres péchés et pour les péchés de ces royaumes”. Il y a une confession sincère du péché dans la réforme personnelle (1 Jean 1:9). Quand nous regardons les Écritures et les comparons avec notre propre vie, cela devrait laisser une impression durable et nous donner envie de changer (Jacques 1:21-25). Elle nous amènera à nous humilier devant Dieu (Psaume 38:3-4 ; Joël 2:12-13). Nous serons conscients que nos cœurs trompeurs ne veulent naturellement pas identifier et exposer le péché (Jérémie 17:9 ; Psaume 19:12-13). Nous voudrons être humiliés pour nos propres péchés en particulier et pas seulement pour le péché en général.
Il y aura de sérieuses inquiétudes au cas où nous serions endurcis par la séduction du péché (Hébreux 3:13). Quand nous découvrirons nos péchés, nous voudrons nous en détourner (Ézéchiel 18:30-31). Les péchés de la société qui nous entoure ne seront pas une excuse pour nous faire dire que nous ne sommes pas aussi mauvais. Au contraire, nous serons humiliés pour ces péchés et ceux de l’Église professante. Nous les pleurerons (Ézéchiel 9:4). C’est parce que nous ne pouvons pas nous séparer d’eux ; nous y avons participé dans une certaine mesure. Il n’est pas réconfortant de savoir que les péchés de la nation ne sont que des versions pires de ce qui est dans nos propres coeurs (Ézéchiel 6:11).

Valoriser les bienfaits de l’Évangile

Le Pacte poursuit en mentionnant certains de ces péchés personnels et nationaux. L’un d’entre eux c’est celui de ne pas avoir “valorisé le bénéfice inestimable de l’Evangile”. Nous vivons dans une nation et une société qui méprise et néglige l’évangile (Matthieu 11:16-24). Mais l’évangile est-il un avantage inestimable pour nous ou vivons-nous comme s’il ne s’agissait que d’un complément à une vie confortable avec de nombreux autres avantages ? Que signifie l’évangile pour nous au quotidien ? Est-ce la base de toute notre confiance ? Avons-nous l’impression d’être passés à autre chose ou s’agit-il d’un bijou qui brille d’une beauté nouvelle chaque fois que nous le regardons ? Apprécier l’évangile selon ses bienfaits inestimables est évident si nos vies sont façonnées par lui.

L’évaluer correctement, c’est en partie quand nous travaillons pour sa “pureté et sa puissance”, comme le disent les Covenantaires. En d’autres termes, c’est quand nous nous inquiétons également de son influence sur les autres. Nous sommes particulièrement alarmés lorsqu’il est déformé ou mal proclamé. Pourtant, nous ne pouvons pas nous reposer sur l’idée qu’il est purement déclaré sans chercher qu’il soit accompagné d’une véritable puissance spirituelle.

Un Cheminement digne du Christ

Nous apprécions l’Évangile et le travail pour sa pureté et sa puissance quand nous cherchons non seulement à “recevoir le Christ dans nos cœurs”, mais aussi quand nous nous efforçons d’avoir” un cheminement digne de Lui dans nos vies” (Éphésiens 4:1-2 ; Colossiens 1:10). Si nous ne vivons pas l’évangile dans nos attitudes, nos actions et nos paroles, nous nions effectivement sa puissance (Philippiens 1:27). Nous déshonorons le Christ comme Sauveur si nous ne nous efforçons pas d’avoir un cheminement digne de lui (Colossiens 2:16 ; 1 Thessaloniciens 2:12).

Quand nous pensons que la manière dont nous vivons n’a pas d’importance parce que le pardon est librement disponible, cela dévalorise l’évangile et transforme la grâce de Dieu en une incitation au péché (Jude 1:4). Comme l’a dit Edmund Calamy, pécher contre l’évangile est encore plus grave que pécher contre la loi. Quelle valeur accordons-nous aux précieuses promesses de Dieu si nous ne voulons pas “nous purifier de toute souillure de la chair et de l’esprit, en perfectionnant la sainteté dans la crainte de Dieu” (2 Corinthiens 7:1) ? Nous devons mettre de côté chaque poids, y compris ces péchés prédominants qui nous assaillent si facilement (Hébreux 12:1). C’est pourquoi les Covenantaires disent que ces choses sont “les causes d’autres péchés et transgressions qui abondent parmi nous”. Les chrétiens qui ne vivent pas comme ils le devraient signifie qu’ils ne sont pas sel et lumière et qu’ils ne font qu’ajouter à la corruption du monde qui les entoure au lieu de l’endiguer.

Désirs sincères

La réforme personnelle implique des désirs et une détermination sincère. L’alliance parle de “notre but, notre désir et notre effort véritables et sans faille”. Si nous ne voulons pas réformer et si nous ne planifions pas de réforme, cela ne se produira pas. Le danger est de faire des promesses et des résolutions, mais de ne pas les tenir. Nous devons agir en fonction de notre objectif sincère. Il n’y aura pas de perfection, mais il devrait y avoir des tentatives sincères, même si elles ne seront pas à la hauteur de ce que nous désirons. Edmund Calamy dit que c’est comme lancer une flèche, si l’une ne touche pas la cible, en lancer une autre, puis une autre jusqu’à ce que vous ayez réussi.

Toute la vie

Cette réforme est “pour nous-mêmes et pour tous ceux qui sont sous notre pouvoir et notre responsabilité”. Nous ne devons pas seulement nous préoccuper de nous-mêmes, mais aussi du fait que d’autres personnes dont nous avons la responsabilité se réformeraient également. La réforme personnelle ne signifie pas que nous pensons que seule notre réforme individuelle compte. La réforme personnelle n’est pas seulement une affaire privée, mais elle doit être “à la fois en public et en privé, dans tous les devoirs que nous devons à Dieu et à l’homme”. Elle doit affecter notre travail, notre vie de famille et toutes nos relations avec les autres tout autant que notre devoir envers Dieu.

Changer notre façon de vivre

La réforme personnelle est synonyme de changement et de transformation. Nous voudrons “amender nos vies” comme le disent les Covenantaires. Il y aura des choses que nous devrons commencer à faire et des choses que nous devrons arrêter de faire selon la Parole de Dieu. S’il s’agit simplement de lire des livres et de discuter des choses chrétiennes et que nous ne voulons pas aller plus loin que cela – ce n’est pas une réforme.

Réformer autant que possible

Les Covenantaires ont une expression très frappante : “chacun” signifie “d’aller devant l’autre dans l’exemple d’une vraie réforme”. Nous devrions être un exemple l’un pour l’autre. Nous devons nous accrocher à toute réforme que nous avons atteinte et chercher à aller plus loin (Philippiens 3:15-16). Nous devrions chercher à encourager les autres à aller plus loin dans ce domaine également, et à leur servir d’exemple (Philippiens 3:17). Comme l’a dit Herbert Palmer, nous ne devons pas attendre les autres “mais nous efforcer d’exceller les autres” presque pour les dépasser. Nous devons être “des modèles pour les autres, et des lumières pour diriger et exciter[encourager] les autres à nous suivre”.

Dépendez de l’aide du Saint-Esprit

Nous ne pouvons pas nous engager dans une réforme personnelle par nous-mêmes ou par nos propres forces. Nous devons prier humblement “le Seigneur de nous fortifier par son Esprit Saint pour cette tâche”. Edmund Calamy a averti ceux qui ont juré devant la Ligue solennelle et les Covenantaires :

Vous ne devez pas prendre de l’aide dans vos propres forces, mais dans la force de Dieu. Comme elle est prise en présence de Dieu, elle doit être prise avec l’aide de Dieu, avec l’humiliation de soi, le renoncement de soi, la modestie du cœur ; vous devez la prendre dans la joie et l’effervescence, dans la réjouissance en Dieu et en ses forces, mais dans le tremblement de la peur de votre manque de dignité et de fermeté dans l’Alliance.

Outre la prière pour une telle force, nous devons aussi chercher une bénédiction dans nos efforts de réforme personnelle. La prière privée et le temps consacré à la méditation de la Parole en sont un aspect essentiel. Comme l’a dit l’Église écossaise à l’époque de la Deuxième Réforme :

Il est plus que nécessaire que chacun séparément et par lui-même soit donné à la prière et à la méditation, le bénéfice indicible [de ceci] est mieux connu de ceux qui s’exercent [en lui].

C’est parce que c’est le plus grand moyen spécial par lequel la communion avec Dieu est maintenue et avancée. Il prépare aussi est de la bonne manière pour tous les autres devoirs spirituels.

Réforme plus large

Ceux qui ont composé l’Alliance croyaient que si les chrétiens étaient personnellement réformés, cela aurait une influence énorme sur l’Église de Jésus-Christ et la nation dans son ensemble. La réforme nationale et personnelle, prêchait Humphrey Chambers, “devrait toujours aller de pair”. En effet, à quoi ressembleraient les choses si même une petite quantité de chrétiens vivaient comme il se doit ?

Conclusion

Nous devons désirer ardemment que notre conscience et notre conduite donnent un témoignage clair de la réforme personnelle dans notre propre expérience. Les hommes de la Deuxième Réforme s’en préoccupaient tellement qu’ils consacraient des journées à la prière et au jeûne pour l’aide de Dieu dans la Réforme, y compris sur le plan personnel. Sur l’un d’eux, un croyant ordinaire, Ralph Josselin, a écrit dans son journal : “Seigneur, il n’y a jamais eu plus besoin d’une réforme personnelle que maintenant, incite-moi à le faire”. Cet esprit est exactement ce dont nous avons besoin maintenant aussi.

 

Second Reformation Author:

View More Posts Related to »

Share This Post On